Rechercher
  • Bertrand Perret

Le début d'une belle aventure humaine

Le projet Le corps gros # métamorphoses a débuté concrètement avec la mise en place de réunions d'information à l'attention de patient.e.s au sein de la clinique de la Sauvegarde (le jeudi 16 juillet et samedi 12 septembre 2020). En tout, près de vingt cinq personnes qui avaient été informées par les psychologues de la clinique (et par une note d'intention écrite) se sont présentées pour en savoir plus au sujet de ce projet lors de ces deux rendez-vous.



Cette réunion de sensibilisation était non seulement basée sur un exposé du projet (origines, motivations, partenaires impliqués, déroulement), mais aussi sur quelques exercices pratiques. Elle visait plusieurs objectifs :

  • Ré-interroger la notion de beauté du corps ou du visage en présentant des exemples de photographies qui ne correspondent pas aux standards habituels de la beauté (visages ridés, corps gros).

  • Suggérer différents types de jeux qui peuvent être mis en place entre un modèle et un photographe pour choisir de montrer ou de cacher ce que l'on souhaite. En tout, une douzaine d'ateliers photographiques étaient présentés afin que les participant.e.s puissent choisir celui ou ceux qui leur correspondaient le mieux.

  • Montrer des exemples de photographies artistiques mettant en valeur des corps gros, notamment les photographies de Substancia Jones.

  • Et enfin, amener les personnes présentes à apprivoiser le regard dans la relation à l'autre et à elles-mêmes. Pour cela, j'ai proposé aux participant.e.s de travailler sur des échanges de regards en marchant dans l'espace ou de se mettre face à face pour se saluer en silence par un simple échange de regards ou encore de se positionner individuellement face au groupe afin d'indiquer leur prénom aux autres personnes qui observaient et écoutaient en silence.

  • Créer un début de communauté dans un climat de confiance et de bienveillance qui soit propice aux échanges et aux rencontres. Un groupe Whatsapp a été créé depuis.

Beaucoup, m'ont confié a posteriori que les exercices pratiques qui invitaient à regarder ou à être regardé.e avaient été relativement difficiles ou pénibles à réaliser. A mon sens, c'était important pour apprivoiser le travail qui allait suivre et qui consistait à être soi-même sous le regard du photographe.

Lors de cette présentation, il était également important que chaque participant.e sache clairement dès le départ du projet que, l'objectif de la démarche étant de valoriser les corps photographiés, les images seraient rendues publiques par divers moyens (site Internet, exposition, voire livre d'art). Les images pourront être esthétiques, émouvantes ou crues, elles chercheront systématiquement à montrer la réalité telle qu'elle est, tout en faisant le pari de la rendre belle.

Au terme de ces deux réunions et des échanges qu'elles ont suscités, une bonne moitié des participant.e.s a accepté de poursuivre l'aventure et de prendre un rendez-vous pour une première séance photographique, soit à la clinique, soit à domicile, soit dans la nature, soit dans l'espace public.

A l'issue de ces deux rencontres, je me suis dit : ils / elles sont parfait.e.s, ils / elles sont vraiment beaux / belles. J'ai de la chance de pouvoir les photographier !

C'était effectivement le début d'une très belle aventure humaine...

Bertrand Perret

23 vues0 commentaire
  • Facebook
  • Instagram