Les enjeux de ce projet pour le CSO

 

L’obésité, maladie chronique, est un fléau de santé publique qui ne cesse de s’amplifier et qui touche inégalement les populations tant les déterminants sociaux, environnementaux, économiques ou génétiques sont importants. C’est une maladie de personnes vulnérables dans une société d’abondance. Le système de soins doit s’adapter à l’épidémiologie de l’obésité et plus singulièrement à la prévalence accrue de ses formes les plus sévères. En France, la prévalence de l’obésité chez l’adulte est de 17% (SANTE PUBLIQUE FRANCE/ Etude de santé sur l’environnement, la biosurveillance, l’activité physique et la nutrition (Esteban) 2014-2016. Volet Nutrition Chapitre Corpulence), ce qui représente plus de 8 millions de personnes.

 

Le volet offre de soins du Plan Obésité (2010 -2013), piloté par la Direction Générale de l’Offre de soins (DGOS), a pour ambition d’être structurant dans la prise en charge des personnes obèses, y compris les cas les plus graves, et doit permettre non seulement de faire face à ses conséquences médicales mais également, d’enrayer la progression de la maladie, et de réduire l’exclusion sociale et la stigmatisation professionnelle dont elles sont victimes. C’est dans ce contexte qu’en 2011, le Ministère de la Santé a décidé d’identifier 37 Centres Spécialisés de l’Obésité (CSO) en France via les Agences Régionales de Santé (ARS) pour la prise en charge pluridisciplinaire de l’obésité sévère. Les CSO s’inscrivent également dans une démarche d’animation et de coordination territoriale dans le but de rendre lisible pour le grand public la filière de soins dans les régions. A ce jour, la région Auvergne-Rhône-Alpes dispose de quatre CSO : CHU de Clermont-Ferrand, CHU de Grenoble, Hospices Civils de Lyon, Clinique de la Sauvegarde à Lyon.

 

Le Centre Spécialisé de l’Obésité de la Clinique de la Sauvegarde a depuis plusieurs années l’envie d’informer, de sensibiliser et de partager avec le grand public la souffrance de ses patients porteurs de la maladie obésité mais aussi les différentes étapes du parcours d’une chirurgie, les suites, le changement physique; l’avant et l’après chirurgie étant riches en questionnements et en émotions. Les corps des personnes avec un excès de poids interpellent, interrogent nos propres « normes », notre propre regard. La stigmatisation, la discrimination et le stéréotype négatif ou la grossophobie peut entraîner et aggraver des conséquences économiques, sociales et psychologiques chez les personnes souffrant de problème pondéral. Pourquoi faudrait-il cacher les corps des personnes obèses ou en surpoids? Nous voulions mettre en avant les différences, et révéler des personnes habituées à cacher leur corps jugé hors normes par la société au regard de tous par une expérience photographique et à la fois accompagner par l’image la transformation de l’image corporelle. La photographie permettant ainsi de figer l’expression du corps, et à la fois de la faire perdurer dans le temps.

  • Facebook
  • Instagram

©Bertrand Perret, 2020