Quelques paradoxes en forme de manifeste

Deborah BD-04118.jpg

Il se trouve que pour monter le projet, je suis entré en contact avec des centres médicaux qui apportent un suivi médical aux personnes obèses. Et j'ai alors réalisé qu'il y avait une autre dimension extraordinaire qui pouvait naître du projet : documenter la métamorphose spectaculaire des corps, leur perte de poids. Mais je dois avouer que j'ai parfois eu l'interrogation suivante : aurais-je autant d'intérêt à photographier des corps plus communs... les corps des patients une fois plus minces ?

Je répète régulièrement que mon but est de montrer la beauté du corps tel qu'il est, à chaque étape : qu'il soit gros, plissé, jeune, avec des vergetures, ridé, avec des cicatrices, des pansements, des bleus, des bourrelets, ou bien mince ou seulement un peu plus mince...

Je veux ne pas juger.

Je veux partir du postulat que le corps est beau par définition : il est la forme visible d'une personne unique, il est singulier, il est le reflet d'une histoire riche et forte et pour toutes ces raisons, je veux en voir la beauté spécifique.

J'affirme sans détour mon envie de mettre en valeur les corps gros pour leur rendre hommage, rendre hommage à leur beauté singulière. 

Pourtant il n'échappe à personne que ce projet est réalisé en partenariat avec La Clinique de la Sauvegarde où les personnes photographiées ont prévu de subir (ou ont subi) une chirurgie bariatrique pour perdre du poids. On pourrait alors se demander si ce projet ne vise pas de manière détournée à encourager une fois encore la perte de poids et finalement s'il ne reproduit pas le fonctionnement discriminant et habituel de nos sociétés occidentales contemporaines.

Je tiens à affirmer clairement que ce n'est pas le cas.

D'ailleurs à l'origine de ce projet je souhaitais me consacrer uniquement à la photographie de personnes obèses ou en surpoids (et non à la perte de poids). D'une certaine façon, c'est l'excès qui m'intéressait... On pourrait dire l'extraordinaire de ces corps. Et j'envisageais de m'en tenir là.

Marion -  BD-08753.jpg
Florence BD-04758.jpg

Si je choisis de mettre en lumière cette beauté, ce travail n'est pas non plus un manifeste en faveur de l'obésité. L'obésité est le plus souvent une souffrance pour de multiples raisons et elle peut même avoir un caractère morbide qui engage le pronostique vital des personnes concernées.  L'obésité est source de difficultés quotidiennes qu'il ne s'agit pas de passer sous silence.  Bien au contraire.

Ce projet ne fait donc ni la promotion des corps gros, ni des corps minces, ni de la chirurgie bariatrique, il vise simplement à montrer la beauté du corps, de tous les corps. 

Il se trouve simplement qu'il documente une expérience rare et forte : le passage d'un corps obèse à un corps plus mince impliquant souvent la perte de plusieurs dizaines de kilos. Bref, une vraie métamorphose.

 

Bertrand Perret, octobre 2020

  • Facebook
  • Instagram